Comment reconnaître un véritable savon de Marseille ?

Comment reconnaître un véritable savon de Marseille

Le savon de Marseille, il y en a des vrais et surtout des faux. Aujourd’hui, la grande majorité, de 90 à 95 %, des savons de Marseille du commerce ne sont pas fabriqués à Marseille et ne respectent pas la recette traditionnelle. Il ne reste plus que quelques savonneries en activité qui perpétuent la fabrication traditionnelle en chaudron du véritable Savon de Marseille. Comment reconnaître le vrai du faux savon de Marseille et surtout qu’il soit vrai ou faux, est-il bon pour la peau ?

Le véritable savon de Marseille

L’authentique savon de Marseille est composé de 72 % d’huile végétale mélangée à de la soude et rien d’autre. Donc sans parfum, sans colorant, sans conservateur. Sa fabrication suit un procédé discontinu, procédé de saponification spécifique, appelé « procédé marseillais ». au cours duquel la pâte est cuite dans des chaudrons.

Le procédé de fabrication du savon de Marseille

Le cycle de fabrication du savon de Marseille dure environ 80 heures et se décompose en 6 étapes. La pâte est travaillée une semaine à 10 jours, en ébullition le jour et au repos la nuit.

 

  • L’empâtage : Les huiles végétales et la soude sont portées à ébullition sous agitation dans le chaudron. La saponification commence et la pâte de savon se forme progressivement.
  • La cuisson : On ajoute de la soude en excès afin de saponifier les matières grasses qui n’auraient pas réagi au stade précédent. Ce mélange bout à 120°C pendant plusieurs heures.
  • Le relargage : La pâte est « lavée » à l’eau salée à deux reprises, une demi journée chacune. Elle est ensuite débarrassée de l’excès d’eau, des impuretés contenues dans les matières grasses et de la glycérine qui est revendue à l’industrie cosmétique. Plusieurs lavages à l’eau douce suivent.
  • L’épinage : Le surplus de liquide est retiré par décantation.
  • La liquidation : Elle consiste à faire bouillir une dernière fois le savon à gros bouillon, en l’arrosant à l’eau pure. C’est là que tout le savoir faire du maître savonnier entre en jeu. Il vérifie, lors de cette étape, la consistance et l’homogénéité du savon. Le tout repose alors entre 18h et 48h.
  • Le moulage : La dernière étape du moulage dure 2 jours. Le savon passe dans des “boudineuses” en série dans lesquelles il est compressé pour devenir une pâte homogène. Le savon solidifié est découpé en cubes puis marqué sur ses 6 faces.

Reconnaître un véritable savon de Marseille

Le savon de Marseille ne bénéficie d’aucune appellation, AOC ou IGP, si bien que n’importe quel fabricant peut en toute légalité, estampiller son savon « savon de Marseille » alors qu’il est fabriqué dans d’autres régions, voire à l’étranger. Les producteurs de faux savons de Marseille qui inondent le marché se situent en Tunisie, en Turquie et en Chine.

La savonnerie du Fer à cheval, la savonnerie Le Sérail, la savonnerie du Midi et la savonnerie Marius Fabre ont créé l’Union des Professionnels du Savon de Marseille. L’association a pour mission de défendre, promouvoir et faire connaître au grand public ce qu’est l’authentique savon de Marseille. Ils ont crée une charte et son logo associé qui garantissent un authentique savon de Marseille.

Traditionnellement, le savon de Marseille se présente sous la forme d’un cube de 600 grammes. Sur ces faces seront estampillés l’inscription 72 %  et le nom de la savonnerie.

Comprendre la composition d’un véritable savon de Marseille ?

Seule la composition garantira la recette originale. Le savon de Marseille doit contenir 72 % d’huile végétale, c’est à dire 72 % d’huile d’olive, de palme ou de coprah (coco). La couleur du savon de Marseille variera du vert pour un olive à l’ocre pour un palme.

Dans l’INCI,  on trouvera certains de ces ingrédients :

  • Sodium olivate : Huile d’olive saponifiée
  • Sodium cocoate : Huile de coco saponifiée
  • Sodium palmate : Huile de palme saponifiée
  • Sodium palmkernelate : Huile de palmiste saponifiée
  • Aqua : Eau
  • Sodium Chloride : Chlorure de sodium (sel)
  • Sodium Hydroxide : Soude

Aujourd’hui, 80 % des faux savons de Marseille contiennent des graisses animales. Ils sont fabriqués à base de suif, c’est-à-dire des restes d’équarrissage de boeuf, de mouton ou de porc. Ils ne présenteront bien sûr pas les mêmes qualités dermatologiques qu’un savon fabriqué de manière traditionnelle avec de l’huile végétale. Dans la composition, vous lirez alors sodium tallowate en première position.

Les grandes vertus du savon de Marseille

Le savon de Marseille peut être utilisé pour la toilette par tous. Cependant, son pH de 9,5 peut irriter certaines peaux sensibles.

Pur végétal, biodégradable, sans phosphates ni produits de synthèse, il ne pollue pas les rivières et contribue à la préservation de l’environnement. De plus, il ne nécessite que très peu d’emballage. Il dure très longtemps, d’autant plus lorsqu’on le fait sécher. Sa longévité en fait un produit particulièrement économique.

Utilisez-vous un savon de Marseille pour la toilette ? Quel est son effet sur votre peau ?

D'autres articles sur le sujet

Pourquoi le savon saponifié à froid est un bienfait pour la peau

Les bases lavantes douces, enfin des produits sans sulfate

Peut-on utiliser des produits solaires à filtres minéraux et nanoparticules sans danger ?

2 Commentaires

Pellaton 24 mai 2019 - 13 h 41 min

Bonjour,

si votre article est louable sur le fait de savoir différencier les vrais savons de Marseille des faux, il vous en manque pourtant un, qui est pourtant d’une qualité bien meilleure que celui des marques qui se sont associées en UPSM (qui n’a rien d’une IG officielle, au passage, c’est un label auto décerné). Il s’agit de Rampal Latour.
Vu ici https://www.laprovence.com/article/edition-salon/5200715/190ans-dinnovations-chez-le-savonnier-rampal-latour.html

Promouvoir la qualité c’est bien mais il faut aller au bout 🙂
cordialement

Sophie 24 mai 2019 - 19 h 37 min

Bonjour Sophie,

Effectivement, vous avez raison, Rampal Latour est un « vrai » savon de Marseille.

Depuis l’écriture de l’article, il y a 3 ans, en plus de l’Union des Professionnels du Savon de Marseille ont vu le jour :
– L’Association « Savon de Marseille France »
– L’AFSM, l’Association des Fabricants de Savon de Marseille,
et sans doute d’autres encore.

Que le savon soit fabriqué dans les Bouches du Rhône ou non, par un groupement ou un autre ne m’intéresse pas.
Seuls m’importent la composition du savon et son procédé de fabrication, et c’était l’objectif de cet article.

Si les 4 entreprises de l’Union des Professionnels du Savon de Marseille sont les seules nommées, c’est qu’elles ont été les premières à vouloir défendre le Savon de Marseille contre les importations fallacieuses.

Il est évident qu’un article ne peut lister toutes les entreprises fabriquant du savon de Marseille.
Libre à vous d’en établir la liste, de la mettre à jour au fil des mois et des années et de me la transmettre périodiquement.

Naturellement
Sophie

Ecrire un commentaire